Article
Précédente diffusion : 25/09/2023 à 22:10 sur TF1

Paroles de parents

Les Bracelets Rouges saison 4 - Présentation des familles
Publié par Vincent Vanessa le 17/08/2023

Nadège Beausson-Diagne, Blandine Bellavoir, Emilie Caen, Olivier de Benoist, Michaël Gregorio, Samira Lachhab, David Mora, Yannig Samot et Anne Suarez incarnent les parents des «Bracelets Rouges». Si leurs personnalités et tempéraments diffèrent, la maladie de leurs enfants les réunit à l’hôpital où ils gèrent, chacun à leur façon, la situation. Les comédiens reviennent sur «l’aventure humaine» qu’ils ont partagée sur le tournage.

ÉMILIE CAEN / SOPHIE, MÈRE DE BENJI
«Sophie est une femme extrêmement sensible, dévastée par la maladie de son enfant, Benji. Elle tente à chaque instant de se montrer forte, mais il la connaît et sait parfaitement que cette épreuve n’est pas facile pour elle. Tout au long des épisodes, elle doit faire face à l’évolution de la maladie, mais aussi aux changements liés à l’adolescence, l’émancipation à laquelle aspire son fils. Elle doit donc se faire violence et accepter qu’il ait plus de moments sans elle et que des pans de sa vie personnelle lui demeurent inconnus. Elle apprend peu à peu à lâcher prise et à le considérer comme un jeune adulte, tout cela dans un contexte très difficile. Son enfant lui transmet sa force.»

SAMIRA LACHHAB / SOFIA, MÈRE DE BENJI
«Sofia est une maman très douce, rassurante. Avec sa femme, Sophie, elles se complètent parfaitement et tentent de garder un équilibre, malgré la difficulté de la situation. Même si elle est aussi très angoissée, Sofia essaie de rassurer avec ses mots Sophie, qui est extrêmement stressée. Sofia a un devoir d’optimisme : c’est une question de survie. C’est elle qui apaise le plus possible la situation. Elles avancent main dans la main et font front pour Benji. Ces deux mamans vivent le moment présent car le lendemain est synonyme d’inconnu. Complètement perdues, elles se posent mille questions légitimes et s’en remettent au corps hospitalier, qui s’occupe au mieux de leur fils, dont l’état de santé se dégrade rapidement. Je me suis investie à 200% dans ce rôle complexe, entourée par deux réalisateurs très à l’écoute. Quelle chance d’avoir eu pour partenaires Emilie Caen, qui incarne Sophie, et Léo Lorleac’h, qui interprète Benji ! J’ai eu un vrai coup de cœur pour ces jeunes comédiens au talent si prometteur. Sur le tournage, l’ambiance était excellente et le cadre apaisant du bassin d’Arcachon permettait de souffler entre deux prises.»

NADÈGE BEAUSSON-DIAGNE / LAURENCE, MÈRE DE NATHAN
«Laurence est la mère de Nathan et l’ex-femme de Karim. C’est une maman aimante et extrêmement bienveillante. Après un divorce houleux, les rapports avec son ex- mari sont difficiles. Elle se consacre essentiellement à son fils, dont elle partage la garde. Laurence a un humour à toute épreuve. C’est sa manière de riposter aux piques de son ex-mari et de montrer à son fils combien elle est cool et décalée. J’ai été particulièrement touchée par le problème de santé du personnage de Nathan car mon mari est malvoyant. J’ai ainsi pu aider Noah sur des questions d’ordre technique et mon époux, Geoffroy, a également pu lui donner des conseils. Ce qui m’a le plus marquée sur ce tournage sont les rencontres intergénérationnelles. La question de la transmission est très importante pour moi, notamment dans mon métier. J’ai été impressionnée par le talent, le professionnalisme et la générosité de Noah Déric, qui incarne mon fils. J’ai, par ailleurs, eu un coup de foudre amical pour Esther Blanc et Kali Boisson, qui sont adorables. Nous avons même passé du temps ensemble hors tournage pour mieux nous connaître. Voir évoluer cette nouvelle génération si talentueuse est galvanisant. L’atmosphère était particulièrement agréable. Il me semblait important d’incarner cette femme confrontée à la maladie de son fils car c’est malheureusement le quotidien de beaucoup de mamans. J’ai déjà participé à des rencontres et des animations pour les enfants hospitalisés avec l’association CéKeDuBonheur, une expérience très enrichissante. Les Bracelets Rouges nous parlent de jeunes atteints de pathologies graves, mais sans misérabilisme, ni mièvrerie et c’est capital. Cela représente bien la vie avec ses joies, ses douleurs, mais surtout ses espoirs.»

YANNIG SAMOT / KARIM, PÈRE DE NATHAN
«Ce fut un réel plaisir d’incarner le personnage de Karim. Interpréter un homme exigeant, sans concession et obtus était nouveau pour moi. Pour autant, l’accident de son fils, Nathan, va l’amener à changer profondément. Il va apprendre à baisser les armes et à ne plus tout contrôler. Comme beaucoup de parents, je pense que Karim a transféré ses propres rêves et ambitions sur son enfant sans se soucier de ses réelles envies. Face au drame, il va prendre conscience de ses actes et vivre une rédemption qui va le rendre beaucoup plus humain. Le tournage s’est extrêmement bien passé. Tourner avec deux réalisateurs différents qui n’ont pas les mêmes techniques de travail est très intéressant. Xavier de Choudens m’a ainsi donné un conseil de jeu sans me dire que la caméra tournait encore. J’ai joué naturellement en répétant seul, attendant le mot «Action !» qui n’est jamais venu… puisqu’il avait déjà tout filmé et eu ce qui l’intéressait. Habile ! Enfin, on s’est particulièrement amusés avec Noah, Nadège et Lionel, ainsi qu’avec toute l’équipe. Lorsque l’on tourne des scènes dramatiques, il est important de pouvoir décompresser entre les prises.»

BLANDINE BELLAVOIR / JOYCE, MÈRE D’EMMA
«Joyce est la maman d’Emma. Sous ses airs de femme libre, détachée, elle se fait beaucoup de souci pour sa fille, qui a besoin d’une greffe de rein et elle espère pouvoir être compatible. C’est un personnage fort, entier, une femme qui est devenue maman très jeune. Elle s’est retrouvée assez vite toute seule à assumer des responsabilités lourdes alors qu’elle menait une vie de bohème, sans avoir les «tips nécessaires» pour appréhender l’arrivée d’un bébé. Sous des faux airs de «je m’en foutiste», Joyce focalise toute son attention sur Emma. Sa fille passe avant tout et en découvrant que l’opération de greffe a échoué, elle se résout à joindre son ex-conjoint. Cette femme est un roc. Je la trouve très touchante et j’ai pris beaucoup de plaisir à l’incarner. Le tournage a été merveilleux. J’ai notamment adoré travailler avec Michaël Gregorio, qui joue le rôle du médecin d’Emma, et Kali Boisson, qui interprète ma fille. Elle m’a bluffée ! Nouer cette relation mère - fille avec elle fut très intéressant. Elle fait partie de cette jeune génération de comédiens talentueux qui apporte un souffle d’air frais dans la fiction française. Ce fut très beau de les accompagner lors de cette aventure singulière.»

DAVID MORA / AXEL, PÈRE D’EMMA
«Après plus de dix ans sans contact, Axel revient dans la vie de sa fille, Emma, et de son ex, Joyce. Emma a besoin d’un rein. Axel va donc faire des analyses médicales afin de savoir s’il est compatible pour la greffe. Pourtant, les retrouvailles sont mouvementées car endosser un rôle de père alors qu’il ne l’a jamais été n’est pas évident. Une passion va néanmoins les rapprocher : le dessin. Emma passe son temps à dessiner et Axel est tatoueur itinérant. Son ami Benji va d’ailleurs se faire tatouer par Axel dans son «tattoo truck», sur le parking de l’hôpital. Les rapports entre père et fille vont peu à peu s’adoucir. Entre sa culpabilité d’avoir renoncé à assumer ses responsabilités de père, son envie de connaître sa fille et son désir de l’aider à guérir, Axel compose comme il le peut. Ce qui m’a particulièrement intéressé dans ce rôle, c’était d’essayer de comprendre comment on peut, à la fois, fuir ses responsabilités de père pendant tant d’années et revenir dans la vie de son enfant comme potentiel «sauveur». Ayant moi-même recherché et rencontré pour la première fois mon père à 23 ans, cette notion d’abandon a fait forcément écho en moi. Je garde un bon souvenir de toutes les séquences avec mes différents partenaires, principalement avec Blandine Bellavoir et Kali Boisson, mais aussi avec Michaël Gregorio.»

OLIVIER DE BENOIST / JOSEPH, PÈRE DE GABRIEL
«Joseph est le roc de la famille. Il soutient Claire, son épouse, et prend beaucoup sur lui pour faire face à la situation. L’incompréhension le ronge : l’enfance, c’est l’innocence, et la maladie de Gabriel est une injustice totale. Il se sent impuissant face au mal-être de son fils, mais il tente tant bien que mal de le rassurer, à sa façon. Claire et Joseph sont un peu déboussolés face à l’attitude de leur garçon, qui semble leur échapper. Pour autant, ils suivent patiemment ses progrès à l’hôpital en espérant qu’il rentre bientôt auprès d’eux. Le personnage de Joseph fait écho en moi car enfant, j’ai été hospitalisé plusieurs semaines après un accident de voiture et j’ai découvert l’univers pédiatrique avec mes proches. Aujourd’hui père de quatre enfants, dont un adolescent âgé de 16 ans, je m’imaginais que j’étais face à lui en jouant avec Noé Wodecki, qui incarne Gabriel. Ce jeune comédien est impressionnant. Le casting des Bracelets Rouges est très crédible et ce tournage a été formidable. L’ambiance était à la fois chaleureuse et studieuse. Tout le monde se sent investi d’une vraie mission et l’engagement de chacun était total.»

ANNE SUAREZ / CLAIRE, MÈRE DE GABRIEL
«Tourner dans Les Bracelets Rouges est très agréable car ses deux réalisateurs, Xavier de Choudens et Fabien Gorgeart, sont très proches de leurs comédiens. De manière différente, ils portent une attention extrêmement précise à ce qui se joue dans et en dehors des dialogues. Le rôle de Claire est intéressant car complexe. Cette mère est confrontée aux secrets de son enfant. Elle cherche en qui elle peut avoir confiance pour espérer voir son fils guérir. Elle est constamment inquiète et méfiante. Malgré l’amour absolu qu’elle porte à Gabriel, elle se sent un peu débordée par une situation qui lui échappe, même si elle se veut forte et rassurante pour son fils. Malgré le peu de scènes tournées, j’ai eu la chance de vivre une expérience très riche. Ce fut surtout une grande joie de travailler avec Noé et plus globalement avec ces jeunes acteurs qui sont si investis et dont la pudeur jointe à l’énergie sont très touchantes. J’ai hâte de voir le résultat !»

MICHAËL GREGORIO / DARIUS, FRÈRE DE ZOÉ
«Darius est interne en chirurgie et il est également le tuteur de sa sœur, Zoé, une adolescente surdouée. Il est brillant, mais pas autant qu’elle. A la lecture du scénario, j’ai été ému par son parcours. Il a perdu ses parents et a dû faire office de chef de famille très tôt en s’occupant de sa sœur tout en menant de front ses études de médecine. J’ai été touché par les épreuves qu’il a traversées et celles qu’il traverse encore aujourd’hui, parfois avec maladresse, mais toujours avec bienveillance. Il a une approche très médicale de la situation et s’il se montre dur avec Zoé, notamment en lui fermant sciemment les portes d’Oxford, c’est uniquement pour son bien. Il fait naturellement passer sa guérison avant ses études. Pourtant, il va comprendre que les deux ne sont pas incompatibles. Il est surtout terrorisé à l’idée de perdre sa sœur. Il a trois casquettes : médecin, frère et tuteur, et il est un peu dépassé par cette charge lourde à porter. La profondeur de ce personnage m’a vraiment plu et j’ai beaucoup apprécié mon jeu avec Esther Blanc, qui incarne Zoé. A titre personnel, je serais plutôt partisan de profiter de la vie que faire passer la médecine avant tout. Pourtant, je me reconnais aussi dans certaines facettes de ce personnage complexe. Le tournage était formidable. J’ai adoré travailler avec les réalisateurs Xavier de Choudens et Fabien Gorgeart, ainsi qu’avec tous les acteurs de cette aventure. J’ai vécu une rencontre humaine et artistique avec toutes les équipes. C’est une jolie histoire à laquelle je suis très fier d’avoir pris part.»