Article
Précédente diffusion : 25/09/2023 à 22:10 sur TF1

Paroles de médecins

Les Bracelets Rouges saison 4 - Présentation du corps médical
Publié par Vincent Vanessa le 17/08/2023

Lionel Abelanski et Guilaine Londez sont indissociables des «Bracelets Rouges» depuis la première saison. Ils incarnent avec justesse et humanité le personnel encadrant de l’hôpital. Rencontre avec deux comédiens très investis.

LIONEL ABELANSKI / DOCTEUR CATALAN
«J’ai adoré retrouver le rôle du docteur Catalan. J’ai toujours affectionné ce personnage juste, droit sans être rigide, avec une bienveillance ainsi qu’une autorité naturelle étonnante, dans son rapport aux enfants. J’apprécie également son humour et son calme qui lui permettent souvent de désamorcer des situations délicates. Comme beaucoup de membres du personnel de cet hôpital, c’est un homme intelligent, très humain, que j’adorerais avoir comme médecin ! Il lui arrive de dépasser le cadre de sa fonction, mais c’est toujours à bon escient. Il est ainsi devenu le tuteur de Mehdi dans la deuxième saison des Bracelets Rouges lorsque son jeune patient s’est retrouvé sans autorité parentale. J’ai énormément ri avec Aziz Diabaté, qui jouait Mehdi. Notre duo mettait un peu de bonne humeur entre les scènes, souvent chargées émotionnellement. La force de cette série est aussi de ne pas être toujours dans le drame, mais de refléter des situations de la vie. Cette année, je suis vraiment heureux de rencontrer de nouveaux personnages. Je trouve le casting encore une fois épatant. J’ai plus d’interactions avec les autres membres des Bracelets Rouges, ce que j’apprécie beaucoup.»

GUILAINE LONDEZ / DOCTEURE RIFFIER
«Dans la vie, d’une manière ou d’une autre, on a tous eu un jour affaire à un oncologue, en lien avec une histoire familiale proche ou lointaine. On sait à quel point son diagnostic est important car il a un impact immédiat. J’ai beaucoup d’admiration pour ces spécialistes, leur humanité, leur savoir, même s’ils sont souvent débordés. Bien avant la crise du Covid, nous avions déjà conscience du mal-être qui régnait dans le monde hospitalier. Pour toutes ces raisons, j’ai à cœur d’incarner la docteure Riffier. Je me sens très investie dans ce rôle. J’y mets à la fois 
la gravité qui incombe à ce métier, mais aussi l’empathie et l’humanité que l’on attend de cette oncologue expérimentée. Ce qui m’intéresse dans ce rôle, c’est de donner à cette femme une autorité naturelle qui n’est ni pesante, ni humiliante. La maladie des jeunes me bouleverse par nature, mais j’ai toujours refusé d’être dans le «pathos». Il y avait un équilibre à trouver avec ce personnage plein d’humanité. Tourner sur le bassin d’Arcachon est magique. La région est magnifique. De plus, nous sommes accompagnés depuis le début par la même équipe, notamment technique, et c’est génial ! Véronique Marchat et la production nous guident avec bienveillance et travailler avec eux, année après année, est un grand bonheur.»