//-->

Mon ange - Interview de Marilou Berry

Mon ange - Interview de Marilou Berry

publié par Karelle Bourgueil le 14/12/2021
«J’étais très contente de tourner avec Muriel Robin»
Gabrielle Varan, capitaine de police dans le petit village où elle a grandi, se retrouve confrontée à une enquête qui l’oblige à revoir ses certitudes sur les gens qui l’entourent. Marilou Berry interprète cette flic déterminée aux côtés de Muriel Robin.
marilou_berry.jpg

Qu’est-ce qui vous a convaincue d’accepter ce projet ?
Je n’avais jamais joué de flic, c’était une perspective excitante. J’aimais aussi l’idée que l’histoire se passe au cœur d’un petit village dans lequel tout le monde se connaît. Les relations entre les gens qui se sont vus grandir sont particulières. Comme ils se connaissent depuis toujours, ils ne peuvent pas penser une seconde que certains soient différents de ce qu’ils imaginent. Enfin, j’étais très contente de tourner avec Muriel Robin. On n’avait jamais eu l’occasion de travailler ensemble. J’adore son parcours de comédienne. C’est quelqu’un d’extrêmement travailleur qui aime profondément jouer avec les autres.

Vous vous glissez dans la peau de Gabrielle Varan. Quelle est sa place au sein de sa famille ?
Elle prend un peu le relais de son père, un commissaire qui va bientôt partir à la retraite et qui a un peu déserté son rôle de père de famille depuis le départ de sa femme. Gabrielle a essayé de remplir cette mission, notamment vis-à-vis de son frère plus jeune qui présente des troubles autistiques. Leurs rapports familiaux sont parfois compliqués. Ils se sont un peu éloignés mais cette histoire les rapproche. En quelque sorte, avec cette enquête, ils prennent tous un nouveau départ.

Gabrielle apprend qu’elle est enceinte tout en enquêtant sur la disparition de cette jeune fille. Dans quel état d’esprit est-elle ?
Etre flic reste un métier à risque. Quand on est enceinte de deux mois, un coup ou une mauvaise chute peut causer le décrochage d’un bébé. Même si Gabrielle habite un village plutôt tranquille, elle a quelques appréhensions comme toutes les femmes qui exercent des métiers physiques. Ce début de grossesse développe chez elle une sensibilité qui n’était peut-être pas aussi prononcée avant et qui va l’amener à être plus à l’écoute.

Quelle est sa première impression quand elle rencontre Suzanne Brunet ?
Elle perçoit son arrivée comme une agression et voit en elle une femme qui vient mettre le bazar dans leur petite vie tranquille. L’acharnement de Suzanne Brunet pour retrouver sa fille lui fait de la peine mais elle ne lui donne aucun crédit. Car Gabrielle reste sur ses positions :  elle est persuadée de connaître tout le monde et que cette disparition n’a aucun lien avec les habitants du village. Donc, dès le départ, elle ne lui porte pas l’attention nécessaire. Ce n’est qu’au fur et à mesure, en acceptant de voir la vérité en face, qu’elle va tolérer sa présence.

Patrick Chesnais interprète votre père. Vous connaissiez-vous ?
On avait déjà partagé une journée de tournage sur L’école est finie il y a quelques années et l’on a tourné récemment dans Je te promets mais nos personnages évoluent dans deux temporalités différentes, on n’a donc pas été amenés à jouer ensemble. J’étais heureuse de pouvoir à nouveau lui donner la réplique. Patrick aime profondément jouer, mettre un costume, rigoler et partager cette connivence que peuvent avoir les acteurs. C’est très appréciable.

Quelle ambiance régnait sur le tournage ?                
Elle était froide et pluvieuse ! Une atmosphère très intéressante pour la réalisation mais un peu plus dure pour nous, comédiens. Malgré ces conditions climatiques un peu difficiles, l’ambiance était bonne. J’ai adoré travailler avec Alexis Moncorgé qui interprète mon compagnon, Nathanaël Beausivoir, ou encore avec Jordi Le Bolloc’h, qui tient le rôle du fils du personnage interprété par Alexandra Vandernoot. Mon ange réunit une belle galerie d’acteurs. J’ai vraiment apprécié faire leur connaissance et j’ai pris beaucoup de plaisir à jouer avec eux.

Une scène vous a-t-elle marquée plus qu’une autre ?
Celle où l’on récupère un corps dans le lac sous la pluie était assez longue et plus compliquée à tourner en raison des conditions climatiques. En même temps, elle est également éprouvante à regarder.  La séquence est très réaliste et parle d’elle-même. Il y avait à peine besoin de jouer. C’était assez marquant.

Quel regard portez-vous sur cette histoire ?
Les gens sont rarement obstinés à tort. On éprouve forcément de l’empathie pour cette femme qui se bat seule, même si elle est devenue très sèche et a développé une forme de violence à force de se faire rembarrer en permanence. C’est très difficile de la détester car il y a une part en nous, spectateurs, qui se met à sa place et se demande s’il ne ferait pas preuve du même acharnement. C’est une des forces de la série.

Quelle est votre actualité ?
J’ai tourné la saison 2 de Je te promets, prochainement sur TF1. Et je suis à l’affiche de Mes très chers enfants d’Alexandra Leclère aux côtés de Josiane Balasko et Didier Bourdon.