Clem - Interview d'Agustín Galiana

Clem

Pour la vérité
Lundi 28 septembre à 21:05

Clem - Interview d'Agustín Galiana

publié par Vanessa Vincent le 25/08/2020
«L’évolution d’Adrian est très positive»
Cinq ans après ses débuts dans «Clem», Agustín Galiana retrouve avec un plaisir intact le rôle d’Adrian. «Heureux d’avoir trouvé sa place et un rôle central au sein d’une grande famille», le comédien, qui est aussi chanteur et danseur, a hâte de retrouver le chemin des tournages. Optimiste et philosophe, Agustín Galiana est résolument tourné vers l’avenir. Rencontre virtuelle durant notre période de confinement, en mai dernier.
vignette_agustin.jpg

Quel est l’état d’esprit d’Adrian en ce début de saison ?
Depuis qu’il a officiellement obtenu la garde de son fils, Pablo, Adrian a retrouvé le sourire et la force de déplacer des montagnes. Sa séparation avec Alizée a été douloureuse, mais il souhaite désormais aller de l’avant. Adrian est un vrai «papa poule» et rien ne compte plus pour lui que le bonheur de Pablo. Pourtant, les ennuis le rattrapent. Suite à sa mise à pied, il a perdu son poste de proviseur et il doit faire face à de graves difficultés financières. Père célibataire, il n’arrive plus à joindre les deux bouts et il doit trouver des astuces pour faire face à la situation. Pour autant, il refuse de se plaindre et de s’ouvrir à ses proches. Le hasard va heureusement l’aider et il va trouver une solution assez rapidement…

Monsieur le proviseur devient bientôt professeur de salsa…
Adrian souhaite faire comprendre à son fils que la danse n’est pas réservée uniquement aux femmes. Pour le motiver, il décide de l’inscrire dans une école de danse. Là, mon personnage est repéré par hasard par la directrice, qui lui propose un poste de professeur. Adrian se lance à corps perdu dans cette nouvelle aventure. Il doit enseigner à des élèves plus âgés, notamment à des femmes. Son quotidien va être ponctué de moments chouettes, mais aussi plus tendus. Il va faire de nouvelles rencontres, à commencer par celle de Nathalie, une brillante avocate qui suit son cours…

Quel regard portez-vous sur l’évolution de votre personnage ?
Je suis arrivé à mi-parcours de la série, il y a cinq ans. Au départ, Adrian s’est rendu en France pour retrouver sa maman et il a découvert une grande famille, qui l’a accueilli les bras ouverts. Depuis, mon personnage s’est solidement installé et il s’est façonné une histoire propre. C’était important pour que le public s’attache à lui, en le voyant évoluer, grandir, mais aussi se tromper. Son évolution est très positive, même s’il a connu de mauvais moments. Il a perdu sa maman, s’est séparé de sa femme… Adrian est devenu un personnage central qui s’est durablement installé dans le temps et a trouvé sa place.

Avez-vous eu besoin de façonner votre rôle ?
Pas du tout car il y a beaucoup d’Adrian en moi. Il adore la danse, tout comme moi. Je suis très positif, proche de ma famille. J’essaie toujours de ne pas ennuyer les autres avec mes problèmes et de relativiser ce qui m’arrive car il y a hélas bien des cas bien plus graves autour de nous. Je prends au maximum les choses au second degré et si je peux faire sourire les autres, le pari est gagné. Définitivement, Adrian et moi avons beaucoup en commun !

Quelles relations entretenez-vous avec le reste de l’équipe ?
Aller sur le tournage de Clem, c’est comme rentrer à la maison après une longue absence. J’adore Lucie, elle pourrait être ma sœur. Elle a un grand cœur. C’est une belle personne, très engagée dans l’écologie. Grâce à elle, nous tournons dans des conditions optimales pour respecter notre environnement en bannissant, par exemple, tout le plastique possible. C’est un plaisir de retrouver Maeva Pasquali, Carole Richert, Jean Dell… Nous formons le noyau dur de Clem. On se soutient et surtout, on s’amuse beaucoup !

Comment s’est déroulée votre rencontre avec Cristiana Reali, qui incarne Nathalie, l’une de vos élèves ?
J’ai fait sa connaissance sur le tournage et c’est très drôle car à la fin de la première journée, j’ai eu la sensation de la connaître depuis des années tant elle est naturelle et avenante. Elle a une âme latine. Ses origines brésiliennes transparaissent et ses yeux pétillent tout le temps. C’est une excellente comédienne que j’admire beaucoup. Notre jeu était très fluide. Nous nous sommes tout de suite très bien compris et nous avons partagé une vraie complicité. Je suis certain que cela se verra à l’écran. En plus, nous avons beaucoup ri durant les scènes de danse !

Quels sont vos projets ?
Je compte reprendre toutes mes activités en septembre. Entre 2019 et début 2020, j’ai tourné deux films : Les cobayes, d’Emmanuel Poulain-Arnaud avec Thomas Ngijol et Judith Chemla. Puis, j’ai joué dans Boutchou d’Adrien Piquet-Gauthier, aux côtés de Carole Bouquet, Clémentine Célarié et Gérard Darmon. A la rentrée sortira mon nouvel album et je pourrai enfin honorer les concerts que je devais donner à Paris avant la fin de l’année puisqu’ils ont été reportés à cause du confinement. Puis, je partirai en tournée en 2021. Je souhaite aussi retrouver le tournage de Clem le plus vite possible car cette série est formidable et nous avons encore beaucoup de choses à raconter. Enfin, j’espère surtout qu’après cette période inédite, nous ferons plus attention à nous et à l’environnement.